Année 2016

Dernière mise à jour : 29 mai 2016

L’achèvement d’une œuvre complexe doit non dissimuler son inachèvement, mais le révéler (Edgar Morin)

L’espoir, le sens et la sagesse sont aux racines du futur (Joël de Rosnay)

En faisant scintiller ta lumière, tu offres aux autres la possibilité d’en faire autant (Nelson Mandela)

Un peuple de moutons finit par engendrer un gouvernement de loups (Agatha Christie, citée par Cynthia Fleury)

On n’est jamais trop volontaire, jamais trop actif, jamais trop résolu. Mieux vaut agir qu’espérer ou trembler (André Comte-Sponville)

Nous n’avons besoin de morale que faute d’amour (André Comte-Sponville)
Il y a d’innombrables hasards dans la vie, mais on ne sait pas si ces hasards sont vraiment dus au hasard (Edgar Morin)

Le mélange du vrai et du faux est plus toxique que le faux (Paul Valery, cité par Edgar Morin)

A partir de la Renaissance : ouverture du temps historique et chaotique, quand on commence à repousser la fin (Matthieu Haumesser)

Quoi que ce soit que vous vouliez apprendre, abordez-le avec gaieté (Henry David Thoreau)

Ni la contrainte, ni la sévérité, ne vous ouvriront l’accès de la sagesse, mais bien l’abandon et une joie enfantine (Henry David Thoreau)

Le beau est la splendeur du vrai (Platon)

En bonne philosophie, le beau est toujours le plus vrai, ou du moins le plus approchant de la vérité (Joseph Joubert)

L’art est un libérateur, le beau rétablit en nous la joie et l’harmonie, l’équilibre de l’âme et la santé du corps (Henri-Frédéric Amiel)

Écrire, c’est rester en vie plus longtemps que la vie elle-même en sédimentant dans l’encre ce qui s’évanouit, nos fulgurances (Bruno Descamps)

La vie est cette exubérante colonisation du moindre fragment, de la moindre fissure (Pascal Quignard)

Seul un système (entreprise) vivant(e) évolue grâce à l’environnement et à ses aléas (Bernard Georges, en référence à L’ordre par le bruit d’Henri Atlan)

Entreprise vivante : une plate-forme organisée, organisante, évolutive, en interaction, capable de s’auto-produire (Bernard Georges)

La plus subtile folie se fait la plus subtile sagesse (François de La Rochefoucault)

La plus grande sagesse de l’homme consiste à connaître sa folie (Marquise de Sablé)

Les systèmes sociaux arrivent toujours trop tard pour s’emparer des évolutions technologiques, devenues foudroyantes (Bernard Stiegler)

Ma raison m’enseigne que la raison ne peut tout comprendre : ma raison me conduit à ses limites, c’est à dire aux bords du mystère (Edgar Morin)

L’âge venant, je sens le ridicule de toute chose qui n’a pas de sens intrinsèque, d’âme propre, qui n’est pas imprégnée d’amour (Marc Chagall)

Un gène ne code pas un destin, mais une propriété (Axel Kahn)

L’éducation, limitée à la transmission des connaissances, devrait accéder à la connaissance de la connaissance (Jean Bernabé)

On vit une crise du pouvoir pyramidal, centralisé, solitaire versus le pouvoir latéral, transversal, solidaire (Joël de Rosnay)

Empowerment : c’est (se) donner du pouvoir, prendre le pouvoir, se mettre soi-même dans la capacité de prendre des décisions (Joël de Rosnay)

Distinguer : donner du pouvoir (empowerment, intelligence collective), et donner le pouvoir (Joël de Rosnay)

On vit une double crise : un changement d’ère lié au numérique, et une crise du pouvoir politique face au pouvoir citoyen (Joël de Rosnay)

Sometimes life doesn’t give you something you want, not because you don’t deserve it, but because you deserve more (…)

Connecter en confiance les énergies humaines (Emmanuelle Duez)

La transformation digitale : une transformation numérique (technologique) augmentée d’une transformation de la relation client (Bernard Georges)

Le désastre est de ne pas prendre conscience des schèmes mentaux qui provoquent les désastres (Emilio Roger Ciurana, cité par Edgar Morin)

On ne peut être frère qu’en quelque chose. S’il n’est point de nœud qui les unisse, les hommes sont juxtaposés et non liés (Saint-Exupéry)

Les paroles sont toujours une force que l’on cherche hors de soi (Stendhal)

La vieillesse n’est autre chose que la privation de folie, l’absence d’illusions et de passion (Stendhal)

Les peuples n’ont jamais que le degré de liberté que leur audace conquiert sur la peur (Stendhal)

Tout arrive par les idées, elles produisent les faits, qui ne leur servent que d’enveloppe (François René de Chateaubriand)

Digital revolution: the physical object is an avatar of the real product which is in the cloud (Youngjin Yoo)

L’innovation, un apprentissage à différentes échelles et dans différents espaces, pour construire et vivre une société numérique (Marcel Lebrun)

On ne change pas les choses en s’opposant à ce qui existe déjà, mais en construisant un nouveau modèle qui rend l’ancien obsolète (Richard Buckminster Fuller)

Le plus grand danger, dans les époques troublées, ce n’est pas le trouble, c’est de continuer à agir selon la logique d’avant (Peter Drucker)

Impossible de réduire la liberté à un droit dû de toute éternité, quand elle reste pour tant d’hommes un espoir inaccessible (François de Closets)

Puisque l’éthique naît du désir de dire quelque chose de la signification ultime de la vie, du bien absolu, elle ne peut être science (Ludwig Wittgenstein)

The future belongs to those who give next generation hope (Teilhard de Chardin)

Quand l’homme aura découvert l’énergie de l’Amour, il aura redécouvert le feu (Teilhard de Chardin)

Heureux qui a pu dire comme Julio Cortázar dans Bolero : Tu as toujours été mon miroir, je veux dire que pour me contempler moi-même, il me fallait te regarder (Edgar Morin)

Ce sont les croyances absurdes qui provoquent le plus de sacrifies, de coopération et d’union (Scott Atran, cité par Edgar Morin)

La littérature mondiale est comme un seul cœur géant qui bat au rythme des soucis et des drames de notre monde (Alexandre Issaïevitch Soljenitsyne)

La révolution sera la floraison de l’humanité comme l’amour est la floraison du cœur (Louise Michel)

Seuls les imbéciles et les charlatans comprennent tout (Anton Tchekov, cité par Edgar Morin)

Je ne suis plus assez jeune pour tout savoir (Oscar Wilde, cité par Edgar Morin)

L’allumette qu’on allume dans le noir ne fait pas qu’éclairer un petit espace, cet éclairage révèle l’énorme obscurité qui nous entoure (Edgar Morin)

Les possesseurs de Vérité sont des Possédés ; trouvant et retrouvant partout, sans trêve, leur Vérité, ils ont perdu le sens de la vérité (Edgar Morin)

La prison transformée en école ; l’ignorance, qui est la suprême indigence, abolie ; la politique résorbée par la science ; l’émeute des intelligences vers l’aurore. Un peuple fouillant les flancs de la nuit et opérant, au profit du genre humain, une immense extraction de clarté (Victor Hugo, Paris, La nation extraordinaire)

Ayez pour oreiller l’infini. Aimez, croyez, espérez, vivez, soyez comme celui qui a un arrosoir à la main (Victor Hugo)

On peut détruire la misère. Les gouvernants doivent y penser sans cesse. Tant que le possible n’est pas fait, le devoir n’est pas rempli (Victor Hugo, Détruire la misère)

Les femmes m’ont livré une façon de survivre aux tragédies du monde (Pedro Almodovar)

La vie est un langage, l’écriture un tout autre. Leurs grammaires ne sont pas interchangeables (Louis Aragon)

La réalité est l’absence apparente de contradictions. Le merveilleux, c’est la contradiction qui apparaît dans le réel (Louis Aragon)

Il y a toujours un rêve qui veille (Louis Aragon)

On ne peut développer une éthique et une politique que dans la conscience des complexités humaines (Edgar Morin)

Transgresser, préférer le désordre naturel à l’ordre qui enferme, le déséquilibre nécessaire à la stabilité castratrice (Flore Vienot)

Sans récit qui narre l’utopie, pas de changement possible dans le monde réel (Flore Vienot)

Plus la brutalité est cassante, plus le procès est infamant, plus la violence qui est vie est exigeante jusqu’à l’héroïsme (Jean Genet)

On ne peut pas faire sens sans produire de récits (Pierre Lévy)

En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux (Marc Aurèle)

Amour et poésie, quand ils sont conçus Comme fins et moyens du vivre, Donnent plénitude de sens au vivre pour vivre (Edgar Morin)

Ma raison m’enseigne qu’elle ne peut tout comprendre (Edgar Morin)

En période de crise, les humains révèlent soit le meilleur, soit le pire d’eux-mêmes (Edgar Morin)

Nous vivons à la surface de nous-mêmes (Edgar Morin)

Les idéologies d’émancipation ont été souvent d’excellents Instruments d’oppression (Edgar Morin)

La volonté de puissance conduit à l’anéantissement (Edgar Morin)

La rationalisation de la vie humaine est une des formes contemporaines de la folie (Edgar Morin)

Dans le monde fractionné par des centaines de spécialisations le roman reste le dernier observatoire d’où l’on puisse embrasser la vie humaine (Ernesto Sabato, cité par Edgar Morin)

L’Histoire est comme un projecteur qui tourne autour de l’existence humaine et jette une lumière sur ses possibilités inattendues (Milan Kundera, cité par Edgar Morin)

Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse (Friedrich Nietzsche)

Faire rire, c’est faire oublier. Quel bienfaiteur sur la terre, qu’un distributeur d’oubli (Victor Hugo)

Le fou copie l’artiste, et l’artiste ressemble au fou (André Malraux)

Le savant généralise, l’artiste individualise (Jules Renard)

On est l’actrice de la femme qu’on est (Elsa Zylberstein)

Nous sommes tout le temps en train de régir, dicter, ordonner, obliger, jurer, dominer, régner (Machiavel, libido dominandi, cité par Joël de Rosnay)

Nous sommes dans un changement d’ère (Jacques Robin) : sortir du vieux schéma du pouvoir solitaire pour aller vers un pouvoir citoyen (Joël de Rosnay, Véronique Anger-de-Friberg)

Pour réussir, le collectif a besoin de confiance, de respect (de la diversité, des autres) et d’écoute (Joël de Rosnay)

Notre cerveau est plus programmé pour la survie que pour le bonheur. Notre mémoire ne retient surtout que le négatif (Joël de Rosnay)

La fraternité est la capacité à faire ensemble, en écoute les uns par rapport aux autres (Forum Changer d’Ère)

Ne laisse jamais quelqu’un venir à toi sans qu’il te quitte meilleur et plus heureux (Mère Teresa)

Quand les toiles des araignées se réunissent, elles peuvent lier un lion (Proverbe éthiopien)

Pour enseigner la paix véritable en ce monde, et entrer en guerre contre la guerre, c’est avec les enfants qu’il faut commencer (Gandhi)

Une personne peut faire la différence et toutes les personnes devraient essayer (John Fitzgerald Kennedy)

La mémoire et l’imagination sont toutes les deux une négation du temps (Vladimir Nabokov)

Pour bien comprendre la vie psychique, il est indispensable de cesser de surestimer la conscience (Sigmund Freud)

Celui qui comprendra le babouin contribuerait davantage à la métaphysique que Locke (Charles Darwin)

En fait, plus votre science est grande, plus est profonde votre conscience du mystère (Vladimir Nabokov)

La conscience n’est en somme qu’un réseau de communications d’homme à homme : l’homme solitaire aurait pu s’en passer (Friedrich Nietzsche)

S’il fallait étudier toutes les lois, on n’aurait pas le temps de les transgresser (Johann Wolfgang von Goethe)

L’un des grands mérites de l’artiste est de ne pas savoir bien exactement ce qu’il fait (Victor Serge)

Personne ne comprend personne. Tout est hasard, interstices, mais tout se combine parfaitement (Fernando Pessoa)

La démocratie est, en profondeur, l’organisation de la diversité (Edgar Morin)

Le seul véritable antidote à la tentation barbare a pour nom humanisme (Edgar Morin)

L’Histoire est un abattoir dans lequel furent sacrifiés le bonheur des peuples, la sagesse des Etats et la vertu des individus (Georg Wilhelm Friedrich Hegel, cité par Edgar Morin)

Énonce avant de dénoncer (Edgar Morin)

La pathologie atomiste de notre mode de pensée pourra être corrigée par la découverte des relations qui font la beauté de la nature (Gregory Bateson)

Dans les démocraties, chaque génération est un peuple nouveau (Alexis de Tocqueville)

La clarté ne naît pas de ce qu’on imagine le clair, mais de ce qu’on prend conscience de l’obscur (Carl Gustav Jung)

Ne t’attaque pas au système, démode-le (Bernard Werber)

Pour que notre logique fonctionne, il faut découper en petits morceaux l’univers, la vie, nos personnes. La nature de la réalité lui échappe (Edgar Morin)

Le réel est un déviant du possible (Pierre-André Terzian, cité par Edgar Morin)

Le temps est la condition pour vivre, la mort est le prix à payer pour vivre (Edgar Morin)

Le retour est le mouvement de la vie (Tao, cité par Edgar Morin)

La voie revient à son contraire (Tao, cité par Edgar Morin)

Tous les animaux à part quelques humains ont une âme (auteur oublié, cité par Edgar Morin)

La mort n’est pas contingente de la vie, elle en est consubstantielle (Bernard Georges)

Nous devenons ce que nous avons lu et ne lisons que les hommes qui nous permettent de devenir nous-mêmes (Sarah Vajda)

Ce qu’il garde d’inconsolé fait le charme principal d’un être (Dionys Mascolo, cité par Edgar Morin)

Rien dans l’univers ne peut résister à l’ardeur convergente d’un nombre suffisamment grand d’intelligences groupées et organisées (Teilhard de Chardin)

Ce n’est pas d’un tête-à-tête ni d’un corps à corps, c’est d’un cœur à cœur que nous avons besoin (Pierre Teilhard de Chardin)

La plupart des esprits sont pré-coperniciens, se situent au centre du monde et le soleil tourne autour d’eux (Edgar Morin)

L’important n’est pas le tout, ni les parties, c’est les relations entre le tout et les parties (Edgar Morin)

Créer, c’est vivre deux fois (Albert Camus)

La philosophie est une lutte contre la manière dont le langage ensorcelle notre intelligence (Ludwig Wittgenstein)

Désobéir, c’est chercher (Victor Hugo)

La nouvelle génération est épouvantable. J’aimerais tellement en faire partie ! (Oscar Wilde)

Où est passée notre humanité ? (Edgar Morin)

Human mind cannot bear very much reality (Thomas Stearns Eliot, cité par Edgar Morin)

Celui qui parle de la mort, qui entreprend de philosopher sur la mort, de penser la mort, celui-là s’excepte lui-même de la mortalité universelle (Vladimir Jankélévitch)

Réfléchir, c’est résister à soi-même (Olivier Houdé)

Le geste investit l’espace, l’espace organise le geste (Jean-Paul Moireaud)

Je me sens à la fois libre, automate, somnambule, éveillé (Edgar Morin)

Parfois je me rends compte que je fais partie d’une espèce prédatrice et tueuse (Edgar Morin)

Aimons non pas l’éternel, mais le périssable, le fragile, le mortel (Edgar Morin)

Si tu ne reconquiers pas l’héritage de tes pères, tu ne pourras devenir toi-même (Johann Wolfgang Goethe, cité par Edgar Morin)

Notre raison est sans cesse menacée par le délire logique abstrait de la rationalisation ainsi que par l’auto-mythologisation (Edgar Morin)

Le travail me rend ma dignité, me lave de toutes les trahisons, saloperies et errements de la vie quotidienne (Federico Fellini, cité par Edgar Morin)

Nous nous transformons en notre propre père et notre propre mère et nous nous transformons aussi en notre propre fils (Erich Fromm, cité par Edgar Morin)

La lutte contre le mensonge à soi-même et la lutte contre les peurs constituent le premier travail positif qu’un homme ait à faire (Piotr Ouspensky, cité par Edgar Morin)

La mort et la beauté sont deux choses profondes Deux sœurs également terribles et fécondes Ayant la même énigme et le même secret (Victor Hugo, cité par Edgar Morin)

La multi-personnalité est un phénomène normal (Edgar Morin)

Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux (Étienne de La Boétie)

La voie revient à son contraire (Tao, cité par Edgar Morin)

L’univers est une catastrophe permanente (Louis-Auguste Blanqui, cité par Edgar Morin)

Les lois de l’attraction de Newton sont valables pour les êtres humains (Edgar Morin)

Le bonheur n’est pas au bout du chemin, car il est le chemin (adage tibétain)

Roule ta pierre … La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme. Il faut imaginer Sisyphe heureux (Albert Camus)

Nous sommes condamnés à résister sur deux fronts : contre la barbarie extérieure et contre la barbarie intérieure à notre société (Edgar Morin)

Nous sommes de l’étoffe dont sont faits les rêves (William Shakespeare)

La pire illusion est dans la prétention à détenir la vérité (Edgar Morin)

Au sortir de l’enfance, le cinéma m’a servi à oublier les réalités de la vie et à les apprendre (Edgar Morin)

Le trou noir par lequel notre civilisation pourrait s’effondrer est l’absence de pensée (Edgar Morin)

La politesse est plus généreuse que la franchise, car elle signifie qu’on croit à l’intelligence de l’autre (Roland Barthes, cité par Fabrice Luchini)

J’écris ce que personne jamais ne m’écrira, je m’écris le monde tel qu’il ne l’est pas, et tel que je le désire en vain (…)

Une crise a en elle des potentialités de régression et de destruction, en même temps que des potentialités de création (Edgar Morin)

La morale, c’est ce qui reste de la peur quand on l’a oubliée (Jean Rostand)

Il fait beau comme jamais C’est un temps contre nature Comme le ciel des peintures (Louis Aragon)

Tout est inachevé, le monde, la vie, l’homme. Seuls les chefs d’œuvre des arts nous donnent un sentiment d’achèvement (Edgar Morin)

Nous sommes comme l’Univers en organisation / désorganisation, en errance, en catastrophes, en invention, dans une aventure inconnue (Edgar Morin)

Empêcher de critiquer son pays, son parti, sa race ou sa religion, c’est s’arrêter de penser (Roger Evano, cité par Edgar Morin)

Nous sommes entrés dans la société du calcul (Dominique Lardon) dont les conséquences sont incalculables (Edgar Morin)

Nous fabriquons des calculateurs mais en retour ils nous construisent (Jean Didier Vincent, cité par Edgar Morin)

Les aspirations sont là, la révolte est là, mais la pensée pas encore (Nuits debout) (Edgar Morin)

Éveillés ils dorment (Héraclite, cité par Edgar Morin)

Nous ne voyons de nous-mêmes qu’un rêve éveillé, ouvragé par notre volonté, éclairé par la conscience, un rêve quand même (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

Rien de plus ironique que le connais-toi toi-même, rien de plus sérieux non plus (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

PoesieDebout, Chercher le sens, Trouver l’essence, Éveil des sens, Fin des absences, Quintessence, NuitDeboutPartout, apprendredebout (FrancoisTaddei)

Le chaos : rapport impossible entre deux déterminations, l’une apparaît comme évanouissante quand l’autre disparaît comme ébauche (Deleuze)

Une peuple libre est conduit par l’espoir plus que par la crainte ; un peuple soumis, par la crainte plus que par l’espoir. L’un s’efforce de profiter de la vie, l’autre seulement d’échapper à la mort (Spinoza)

Qui ne bouge n’apprend rien. Oui, pars, divise-toi en parts (Michel Serres)

Chacun s’efforcera de conserver son être, et, autant qu’il peut, d’écarter la tristesse (Spinoza)

On est plus libre quand on sait qu’on ne l’est pas que quand on croit qu’on l’est (Spinoza)

Aucun mystère ne survit à la connaissance du réel, mais aucune connaissance ne dissipe l’étonnement qu’il inspire (Spinoza)

Une représentation qui n’agirait pas sur mon âme est vaine (Jean Genet)

L’un des enjeux du monde de demain est de passer du compliqué au complexe, de la reliure à la reliance (Pierre Giorgini)

Quand les paroles sont rares, elles ne sont guère proférées en vain (Shakespeare)

Écrire, c’est aussi inspirer autrui, le pousser vers sa ressemblance, vers sa préférence (Jean Cayrol)

C’est peu de prendre les êtres comme ils sont, et il faut toujours en venir là ; mais les vouloir comme ils sont, voilà l’amour vrai (Alain)

La valeur d’un homme, ce n’est pas la vérité qu’il possède ou croit posséder : c’est l’effort sincère qu’il fait pour la conquérir (Lessing)

La cloche ne sait pas qui elle interrompt, elle nous rappelle que nous ne sommes pas seuls au monde (Isabelle Stengers)

C’est sur la confiance que repose toute l’existence de l’homme social (Bertrand de Jouvenel)

Au fond de la défaite, il nous reste encore le non consentement à l’inhumain, le refus de fermer les yeux et de désespérer (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

L’un des grands mérites de l’artiste est de ne pas savoir bien exactement ce qu’il fait (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

Le secret suprême : le gouvernement du feu (André Breton, cité par Edgar Morin)

Cette lumière ne peut connaitre que trois voies : la poésie, la liberté et l’amour (André Breton, cité par Edgar Morin)

L’intransigeance et la tolérance valeurs symétriques dont l’équilibre est vital parce qu’il est précisément difficile à réaliser (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

L’adolescence est l’âge des grandes aspirations et des grandes révoltes (Edgar Morin)

L’esprit qui médite sur l’apparition et la disparition, qui considère l’impermanence du monde, on le nomme esprit d’Eveil (Nagarjuna)

Qu’est-ce que c’est que le sophisme de l’éphémère ? C’est celui d’un être passager qui croit à l’immortalité des choses (Denis Diderot)

Une organisation se métamorphose grâce à l’émergence d’agents de changement qui se regroupent, se multiplient et co-créent

La métamorphose est en marche, mais il manque ce qu’Edgar Morin nomme le pilote dans l’avion, la prise de conscience

L’humanisme numérique résulte d’une convergence entre notre héritage culturel et une technique devenue lieu de sociabilité (Milad Doueihi)

Être intelligent, c’est se poser les bonnes questions, bonnes du point de vue de quelqu’un ou de quelque chose. Être intelligent nécessite d’être empathique (Bernard Georges)

Que faire avec ? Donnée > représenter, Information > prévoir, Connaissance > prédire, Intelligence > prospecter, Conscience > ressentir et penser (Bernard Georges)

Ce qui m’étonne, c’est qu’on s’étonne si peu de notre cerveau, de notre vie, de notre univers (Edgar Morin)

Chacun est responsable de tout devant tous et moi plus que les autres (Dostoïevski)

Il y a quelque chose de plus précieux que l’originalité, c’est l’universalité (Paul Valéry)

The main character of any living system is openness (Ilya Prigogine)

Nous ne pouvons pas prévoir le futur mais nous pouvons le préparer (Ilya Prigogine)

La liberté c’est la liberté de celui qui pense autrement (Rosa Luxemburg, cité par Edgar Morin)

Le plus précieux est le plus fragile, le plus mortel (Edgar Morin)

Le plus tragique de la mort est la disparition d’une vertu spirituelle faite d’expérience, d’élaboration cognitive, de compréhension (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

Une certaine carnavalisation de la conscience précède toujours, en les préparant, les grands revirements (Bakhtine)

L’éternité, c’est la mer mêlée au soleil (Arthur Rimbaud)

Penser, c’est se loger dans la strate au présent qui sert de limite : qu’est-ce que je peux voir et dire aujourd’hui (Deleuze)

Ceux qui sont assez fous pour croire qu’ils peuvent changer le monde sont en réalité ceux qui le font (Steve Jobs)

Il y a une sorte de souffrance et un soulagement d’écrire (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

L’oeuvre d’art est une oeuvre de volonté lucide et de transe (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

Dans une relation empathique, l’Autre est toujours présent deux fois : en tant qu’entité réelle, et en tant que représentation mentale quand j’imagine me mettre à sa place (Bernard Georges)

L’un des buts de la barbarie est de nous plonger dans l’émotion du court terme pour nous empêcher de penser positivement l’avenir (Pierre Giorgini)

J’ai pour me guérir du jugement des autres toute la distance qui me sépare de moi (Antonin Artaud)

Une culture ne se définit pas essentiellement par ce qu’elle contient, mais par ce qu’elle écarte (Michel Foucault)

Le soi ne doit pas être découvert mais constitué, constitué par la force de la vérité (Michel Foucault)

J’ai beau dire que je ne suis pas un philosophe, si c’est de la vérité que je m’occupe, je suis malgré tout philosophe (Michel Foucault)

Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ne voient la nécessité que dans la crise (Jean Monnet)

Une commission poésie pour traduire les débats par l’art #NuitDebout #38mars

Notre Terre manque de gouvernance parce que la politique n’a pas suivi le rythme de planétarisation qu’ont subi tous les processus sociaux (Edgar Morin)

Les nuits debout pourraient être enceintes d’un jour nouveau (Edgar Morin)

Une décoration c’est comme tous les honneurs : les méritants sont mêlés à des imméritants (Edgar Morin)

La musique est plus proche de tout, plus proche que les mots et les images de tout ce qui compte, la vie, la mort et l’amour (Irène Lhéotaud, citée par Edgar Morin)

L’esprit humain a secrété dieux, mythes, idées qui deviennent ses maitres tout puissants (Edgar Morin)

La cupidité a vécu, l’empathie est de mise (Frans de Waal, L’âge de l’empathie)

L’art, c’est la vie, la vie, c’est l’art (Constantin Stanislavski)

Celui qui n’appliquera pas de nouveaux remèdes doit s’attendre à de nouveaux maux ; car le temps est le plus grand des innovateurs (Francis Bacon)

Apprenez que l’homme passe infiniment l’homme (Blaise Pascal) #transcendance

Comprendre c’est avant tout unifier (Albert Camus)

On ne connaît que les barrières qu’on réussit à faire tomber (François Taddei)

On n’enseigne pas ce que l’on sait. On n’enseigne pas ce que l’on veut. On enseigne ce que l’on est (Jean Jaurès)

Toute époque a toujours été la pire. Et s’il y en a qui furent vraiment pires, c’est elles qui enfantèrent les plus grandes choses (Henri de Lubac)

Vouloir c’est susciter les paradoxes (Albert Camus)

C’est là le paradoxe suprême de la pensée que de vouloir découvrir quelque chose qu’elle-même ne puisse penser (Sören Kierkegaard)

Le paradoxe est le moyen le plus tranchant et le plus efficace de transmettre la vérité aux endormis et aux distraits (Miguel de Unamuno)

Le romancier doit montrer le monde tel qu’il est : une énigme et un paradoxe (Milan Kundera)

C’est une erreur de croire que le salut public puisse commander une injustice (Nicolas de Condorcet)

Les amis de la vérité sont ceux qui la cherchent et non ceux qui se vantent de l’avoir trouvée (Nicolas de Condorcet)

Conservons par la sagesse ce que nous avons acquis par l’enthousiasme (Nicolas de Condorcet)

L’homme est à la recherche d’un nouveau langage auquel la grammaire d’aucune langue n’aura rien à dire (Guillaume Apollinaire)

Douce poésie ! Le plus beau des arts ! Toi qui, suscitant en nous le pouvoir créateur, nous mets tout proches de la divinité (Guillaume Apollinaire)

To change something, build a new model that makes the existing model obsolete (Buckminster Fuller)

Nous n’avons ni vrai, ni bien, qu’en partie, et mêlée de mal et de faux (Blaise Pascal, cité par Edgar Morin)

Les deux principes de vérités, la raison et le sens, s’abusent réciproquement l’un l’autre (Blaise Pascal, cité par Edgar Morin)

Félicitez-vous d’avoir fait quelque chose d’étrange et d’extravagant qui a brisé la monotonie de votre époque (Ralph Waldo Emerson)

L’évolution, une création continue d’imprévisible nouveauté (Bergson) C’est notre espoir pour l’avenir de l’humanité (Edgar Morin)

Le déterminisme philosophie de l’apogée du machinisme (Victor Serge, cité par Edgar Morin)

Il faudrait ne rien comprendre de peur d’excuser, comme si l’intelligence comportait un vice horrible (Edgar Morin)

L’éducation a pour but de transformer un esprit vide en un esprit ouvert (Malcolm Forbes)

Aucune offrande d’amour ne s’oublie, ne se perd ou ne s’évapore sans laisser la trace infime d’un changement à venir (Jacques Salomé)

C’est aussi le même de converser avec ceux des autres siècles que de voyager (René Descartes)

Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui (Montaigne)

L’homme se révèle dans l’action à laquelle il donne sens et qui donne sens à sa vie (Edgar Morin)

Si vous voulez vraiment comprendre quelque chose, essayez de le changer (Kurt Lewin)

Je suis du côté de l’espérance, mais d’une espérance conquise, lucide, hors de toute naïveté (Aimé Césaire)

Une vie d’homme est le combat de l’ombre et de la lumière, une lutte entre espoir et désespoir, entre lucidité et ferveur (Aimé Césaire)

Une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde (Aimé Césaire)

C’est ça la culture : c’est tout ce que l’homme a inventé pour rendre le monde vivable et la mort affrontable (Aimé Césaire)

J’ai un espoir car je crois en l’homme. La voie de l’homme est d’accomplir l’humanité, de prendre conscience de soi-même (Aimé Césaire)

Il faudrait essayer d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple (Jacques Prévert)

À faire de l’argent, on a perdu le souci du salut de l’âme, on n’a pas encore découvert la grandeur du monde et de la … (Edgar Morin)

Tout arrive par les idées, elles produisent les faits, qui ne leur servent que d’enveloppe (François René de Chateaubriand)

Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus (François-René de Chateaubriand)

C’est une très méchante manière de raisonner que de rejeter ce qu’on ne peut comprendre (François-René de Chateaubriand)

Liberté, égalité, fraternité, trois mots magnifiques qui, si nous avions su les cultiver, auraient changé la face du monde (Pierre Bordage)

La cause du succès ou de l’échec relève beaucoup plus d’une attitude mentale que d’une capacité mentale (Walter Scott)

Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions (Rudyard Kipling)

Il y a une émotion encore plus forte que celle de tuer, c’est celle de laisser la vie (Rudyard Kipling)

Nous sommes un fragment de l’histoire, le fruit d’une évolution, condamné à périr, s’il perd ses capacités de métamorphose (Hermann Hesse)

L’autorité doit être une forme de fraternité qui vise à tous nous augmenter (Michel Serres)

Communiquer, c’est entrer dans l’orchestre (Gregory Bateson, Vers une écologie de l’esprit)

Si, à 10 ans, on enferme l’enfant dans une vision unique du monde, il ne sera pas capable d’empathie (Alain Berthoz)

On a beaucoup souffert d’une philosophie qui s’attache plus aux règles du langage qu’aux lois du vivant (Alain Berthoz)

Une pensée libre est toujours en mouvement (Alain Berthoz)

Ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste (Blaise Pascal)

Entre les rives du même et de l’autre, l’homme est un pont (Jean-Pierre Vernant, La traversée des frontières)

Demeurer enclos dans son identité, c’est se perdre et cesser d’être (Jean-Pierre Vernant)

Pour être soi, il faut se projeter vers ce qui vous est étranger, se prolonger dans et par lui (Jean-Pierre Vernant)

Pour qu’il y ait véritablement un dedans, encore faut-il qu’il s’ouvre sur le dehors pour le recevoir en son sein (Jean-Pierre Vernant)

Nous naissons provisoirement quelque part ; puis nous composons, en nous, le lieu de notre origine, pour y naître après coup (Rainer Maria Rilke)

Chacun contient en lui des galaxies de rèves, d’élans inassouvis, des abîmes de malheur, d’immenses indifférences, des embrasements solaires, des égarements debiles, des déferlements de haine, des orages déments, des éclats de lucidité (Edgar Morin)

Les hommes feront tous ensemble le grand monde de demain, ou bien ils courront à la catastrophe (Gaston Berger)

Je ne suis pas pour l’intelligence artificielle, mais pour l’intelligence augmentée, un homme symbiotique (Joël de Rosnay) #hyperhumanisme

Tous les jeunes ont des smartphones, mais la différence à combler, c’est la motivation et le temps disponible pour apprendre (Joël de Rosnay)

Un enjeu majeur : passer de la connaissance à l’intelligence, de l’apprendre au comprendre, de l’analytique au systémique (Joël de Rosnay)

Avec l’Intelligence Artificielle, le lien humain prendra encore plus de place : le travail pour les robots, la vie pour les humains ! (Joël de Rosnay)

Le pluri-disciplinaire intégré et la multidisciplinarité sont accessibles par le jeu, le dialogue avec les autres (Joël de Rosnay)

Le numérique a besoin de lien humain & lien social pour transformer le système éducatif (Joël de Rosnay) #professeurpasseur #approchesystemique

C’est en ressentant ce qui est poétique qu’on le connait et le comprend, il ne peut être connu et compris qu’en étant ressenti (Leopardi, cité par Edgar Morin)

Rien ne sera jamais découvert par la raison pure, simple et mathématique (Leopardi, cité par Edgar Morin)

La Terre a été partagée comme une propriété, elle qui s’était vue adorée comme une Déesse (George Sand, cité par Edgar Morin)

Mes idées humanistes sont bien connues, mais le noyau de ma pensée, la méthode pour une connaissance complexe est ignoré (Edgar Morin)

Notre combat d’avant-garde est devenu, dans la régression généralisée, une résistance d’arrière-garde (Edgar Morin)

Le changement durable nécessite évolution des représentations, des modes de collaboration et des interactions avec l’environnement (Lecerf)

Du va-et-vient entre connaissance et ignorance naît l’intelligence créatrice qui suspend provisoirement tout jugement (Karine Safa)

À la Renaissance, le paradoxe est outil de créativité et d’innovation, plutôt qu’obstacle (Karine Safa)

The fastest way to change yourself is to hang out with people who are already the way you want to be (Reid Hoffman)

Ce n’est pas la brièveté qui est à éviter, mais l’accumulation (Michel Serres)

La poésie est le premier et le dernier des savoirs (W. Wordsworth, cité par Edgar Morin)

Poésie palpite dans les plantes, rayonne dans la lumière, sourit dans l’enfant, étincelle dans la jeunesse, s’embrase dans coeur aimant (Friedrich Schlegel, cité par Edgar Morin)

Si nous doutions de nos peurs au lieu de douter de nos rêves, imaginez combien de choses on pourrait accomplir dans notre vie (Joel Brown)

Lire des livres – Lire délivre (Véronique Vella)

Nos institutions sont comme nos étoiles qui scintillent. Elles brillent, mais elles sont mortes depuis longtemps (Michel Serres)

La vie perd son sens lorsque vous cessez d’agir sur la chose qui vous importe le plus : votre engagement moral dans la société (Edward Bond)

On fabrique du théâtre et on a un regard théâtral. C’est ce qui nous différencie des autres créatures (Edward Bond)

L’homme est le seul être capable de marcher dans le vide (Damascius)

Le temps des hommes est de l’éternité pliée (Jean Cocteau)

La théâtralité est le théâtre moins le texte, une épaisseur de signes et de sensations qui s’édifient sur scène à partir de l’écrit (Roland Barthes)

Parler, et à plus forte raison discourir, ce n’est pas communiquer, c’est assujettir (Roland Barthes)

La politesse vaut mieux que la sincérité, car la politesse fait toujours confiance à l’intelligence d’autrui (Roland Barthes)

Ce que cache mon langage, mon corps le dit. Mon corps est un enfant entêté, mon langage est un adulte très civilisé (Roland Barthes)

On peut faire beaucoup avec la haine, mais encore plus avec l’amour (William Shakespeare)

The problem is not the problem. The problem is your attitude about the problem (Captain Jack Sparrow)

Enseigner la compréhension entre les humains est la condition et le garant de la solidarité intellectuelle et morale de l’humanité (Edgar Morin)

Les humains doivent se reconnaître dans leur humanité commune, et en même temps reconnaître leur diversité tant individuelle que culturelle (Edgar Morin)

Celui qui croit tout comprendre ne peut comprendre l’essentiel (Edgar Morin)

Cosmologie, ondes gravitationnelles, trous noirs : c’est beau de comprendre et que cette compréhension conduise à l’incompréhensible (Edgar Morin)

L’homme est une corde tendue entre la bête et le surhumain – une corde au-dessus d’un abîme (Friedrich Nietzsche)

Deviens ce que tu es. Fais ce que toi seul peut faire (Friedrich Nietzsche)

A lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui (Friedrich Nietzsche)

Nous ne croyons pas que la vérité reste encore vérité quand on lui enlève ses voiles (Friedrich Nietzsche)

Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre (Karl Marx)

Non pas les clercs recopieurs, mais le commerce des idées et marchandises a préparé la Renaissance, désembouteillant sociétés et esprits (Edgar Morin)

Nous allons vers l’homme symbiotique et le cerveau planétaire que Teilhard appelait la noosphère (Joël de Rosnay)

Développons l’optimisme, c’est-à-dire l’intelligence de l’avenir en étant : réaliste, pragmatique, positif, et constructif (Joël de Rosnay)

La lumière peut émerger des ténèbres, l’amitié de la haine, l’humanité de la barbarie. Rien n’est écrit, tout est possible (Edgar Morin)

Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs (Montaigne)

Vivre de prose n’est que survivre. Vivre, c’est vivre poétiquement (Edgar Morin)

L’état poétique porte en lui la participation au mystère du monde (Edgar Morin)

Aimez pour vivre, vivez pour aimer. Aimez le fragile et le périssable, car le plus précieux (Edgar Morin)

La poésie du monde jaillit dans les plantes ou le sourire d’un enfant (Friedrich Schlegel)

La poésie fut créée en même temps que le monde (August Wilhelm Schlegel)

Prospective = Prévision / Prédiction [analyse de tendances] + Incertitude [scénarios en rupture] (Bernard Georges)

La Prospective, c’est de la Prévision / Prédiction augmentées de l’Incertitude, ie des futurs possibles non inscrits dans l’extrapolation du présent (Bernard Georges)

L’obsession de la mort empêche de vivre (Edgar Morin)

Aujourd’hui bien des possibles sont impossibles, demain bien des impossibles deviendront possibles (Edgar Morin)

Préférer la métamorphose à la révolution en hybridant le monde ancien et le monde nouveau (Nathalie Kosciusko-Morizet)

La joie est l’augmentation de la puissance d’exister (Spinoza, cité par Charles Pepin)

Le jour à jour est l’équivalent temporel du terre à terre (Edgar Morin)

L’irruption d’une contradiction traduit la résistance du réel à la logique (Edgar Morin)

Certains s’auto-punissent de crimes imaginaires, d’autres s’auto-absolvent de vilenies réelles (Edgar Morin)

Le temps est venu où ce qui sut nous rester incompréhensible pourra seul nous requérir ! (René Char, cité par Edgar Morin)

Parfois, au sein même des périodes noires des graines d’espoir surgissent. Le comprendre, c’est l’esprit de complexité (Edgar Morin)

L’histoire : des émergences, des effondrements, des calmes et des cataclysmes, des bifurcations, des tourbillons, des émergences inattendues (Edgar Morin)

La pensée complexe aide à affronter l’erreur, l’illusion, l’incertitude et le risque (Edgar Morin)

Le bateau est en sécurité dans le port, mais ce n’est pas pour cela que les bateaux ont été construits (Paulo Coelho)

Ce qui vaut la peine d’être su ne peut pas être enseigné (Oscar Wilde)

Comment se fait-il que les enfants étant si intelligents, les hommes soient si bêtes. Ça doit tenir à l’éducation (Alexandre Dumas père)

Être patriote c’est croire que votre pays a raison parce que vous y êtes né (George Bernard Shaw)

Prenez mes idées, j’en aurai d’autres (Coco Chanel)

L’obéissance n’est qu’une forme canonisée de la paresse (Germaine Beaumont)

Toute sagesse réside dans l’acte de nommer les choses par leur vrai nom (Confucius)

Seule la langue permet d’évaluer la réalité. Elle est ouverture au monde et exige que l’on séjourne auprès des hommes et des choses (Hannah Arendt)

Une théorie d’art aide à la critique, non à la création (Paul-Jean Toulet)

Il ne faut pas faire des films politiques, il faut faire des films politiquement (Jean-Luc Godard)

La beauté c’est ce qui manifeste l’unité profonde du sensible et de l’intelligible (Claude Lévi-Strauss)

Être d’avant-garde, c’est savoir ce qui est mort ; être d’arrière-garde, c’est l’aimer encore (Roland Barthes)

Je ne veux pas que les spectateurs comprennent la pièce, je veux qu’ils se comprennent eux-mêmes (Edward Bond)

Le théâtre doit parler des causes de la détresse humaine et des sources de la force humaine (Edward Bond)

La scène est une image du monde où jouent les spectateurs (Edward Bond)

Le but du théâtre est d’affronter les limites (Edward Bond)

Nous devons nous faire plus radicaux. Lorsque la justice n’est pas radicale elle est corrompue (Edward Bond)

Seul l’humain peut avoir conscience de la perte de l’humain (Edward Bond)

La vérité vous attend, patiente, vous la trouverez. Ne désespérez pas. Mais vous devez quand même changer le monde (Edward Bond)

Entretenir une relation de confiance avec le doute et l’inconnu augmente notre sentiment de liberté (Bertrand Piccard)

Philosophe d’un jour ! Ignores-tu que tout homme est utile à l’humanité, par cela seul qu’il existe ? (Jean-Jacques Rousseau)

Ne pensez pas : regardez ! (Ludwig Wittgenstein)

Et la vie elle-même m’a confié ce secret : Voici, dit-elle, je suis ce qui doit toujours se surmonter soi-même (Friedrich Nietzsche)

Aucune connaissance ne précède en nous l’expérience et c’est avec elle que toutes commencent (Emmanuel Kant)

Chaque question possède une force que la réponse ne contient plus (Élie Wiesel)

Toutes les révolutions naissent par les philosophes et meurent par les idéologues (Louis Althusser)

La presse, la machine, le chemin de fer, le télégraphe sont des prémisses dont personne n’a tiré les conclusions pour mille ans (Nietzsche)

L’art de vivre consiste dans l’expérience intégrale du présent (Emil Michel Cioran)

La destruction des idoles entraîne celle des préjugés (Emil Michel Cioran)

Le Progrès est l’injustice que chaque génération commet à l’égard de celle qui l’a précédée (Emil Michel Cioran)

Nous continuons à chercher des dépanneurs de la planète Alpha, alors que nous sommes sur la planète Béta (P. Caillé)

Nous pouvons maintenant formuler les impératifs d’une politique de civilisation : solidariser, ressourcer, convivialiser, moraliser (Edgar Morin)

Absente est la conscience d’une communauté de destin, indispensable pour que la société devienne Terre-Patrie (Edgar Morin)

La gigantesque crise planétaire est la crise de l’humanité qui n’arrive pas à accéder à l’humanité (Edgar Morin)

Les figures mythiques en perpétuelle métamorphose ont toujours eu pour vocation de raconter l’universelle transformation (Françoise Py)

Comprendre la complexité, vouloir le monde qui vient (ne pas subir), l’aimer (en aimant les gens) et le construire ensemble (Joël de Rosnay)

Je le pense par toutes mes fibres : nous sommes empoisonnés de prudence, de raison. Le culot vivifiant est un élixir merveilleux (Alexandre Jardin)

Depuis 100.000 ans d’atroces malentendus viennent de l’interprétation erronée de la parole d’autrui (Edgar Morin)

Le grand message de la théorie de Shannon: toute information communiquée risque la déperdition, la dégradation, la déformation (Edgar Morin)

Avant de se faire une opinion définitive, consulter non seulement le rapporteur d’un propos mais son auteur (Edgar Morin)

La jeunesse n’est pas une période de la vie, elle est un état d’esprit, un effet de la volonté, une qualité de l’imagination, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure sur l’amour du confort (Samuel Ullman, cité par le Général McArthur)

Nous vivons dans l’oubli de nos métamorphoses (Paul Eluard)

Tout rêve d’avenir métamorphose la manière dont on éprouve le présent (Boris Cyrulnik)

L’idée de métamorphose porte à la fois la rupture et la continuité (Edgar Morin)

Approches analytique et systémique sont plus complémentaires qu’antagonistes. Le lien entre elles a pour nom chaos (Joël de Rosnay)

Le chaos est souvent source de vie alors que l’ordre génère des habitudes (Henry Brooks Adams)

Le chaos est rempli d’espoir parce qu’il annonce une renaissance (Coline Serreau)

Qui veut vivre doit passer au-delà de soi-même et se métamorphoser (Hugo Von Hofmannsthal, cité par Karine Safa)

La métamorphose est le mystère de la nature saisie dans son acte créateur (Hugo Von Hofmannsthal, cité par Karine Safa)

La métamorphose, c’est la multiplication des points de vue et l’exploration féconde des possibles qui arrachent à la solitude (Karine Safa)

Our society seems to be preparing us for something that is never going to happen (cité par Diane Lenne) #now

La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer (Saint-Exupéry)

Un fanatique est un somnambule qui prend sa fiction pour réalité et exclut de l’humanité quiconque ne le suit pas (Nicolas Grimaldi)

Le seul véritable antidote à la tentation barbare a pour nom Humanisme (Edgar Morin)

Aucune chenille ne veut devenir un papillon #construiredemain #métamorphose

Tout manager est le produit du système qu’il produit (Bernard Georges, en application du principe de causalité circulaire développé par Edgar Morin)

Les esprits valent selon ce qu’ils exigent. Je vaux ce que je veux (Paul Valéry)

Le véritable esprit de révolte consiste à exiger le bonheur ici, dans la vie (Henrik Ibsen)

En matière de révolte, aucun de nous ne doit avoir besoin d’ancêtres (André Breton)

Je n’aime pas les hommes, j’aime ce qui les dévore (André Gide)

Au fond, Dieu veut que l’homme désobéisse. Désobéir, c’est chercher (Victor Hugo)

Le monde ne sera sauvé, s’il peut l’être, que par des insoumis (André Gide)

Les choses les plus belles sont celles que souffle la folie et qu’écrit la raison (André Gide)

Il n’y a que les sots qui se croient éveillés (Tchouang Tseu, cité par Edgar Morin)

Ce qui produit les formes n’a pas de forme (Tchouang-Tseu, cité par Edgar Morin)

Connaître par l’intelligence, c’est la tentation vaine de se passer du temps (André Malraux)

Dans un univers passablement absurde, il y a quelque chose qui n’est pas absurde, c’est ce que l’on peut faire pour les autres (A. Malraux)

Vivre, c’est transformer en conscience une expérience aussi large que possible (André Malraux)

Le fou copie l’artiste, et l’artiste ressemble au fou (André Malraux)

Do what you can, with what you have, where you are (Theodore Roosevelt)

What are the most powerful words in the universe? The ones you use to talk to yourself (Karen Salmansohn)

The mindset of Learning: aspiration, self-awareness, curiosity, and vulnerability (Erika Andersen)

À l’avenir, l’éducation aura pour but d’apprendre l’art du filtrage (Umberto Eco)

L’utilisateur voit la technologie comme de la magie (Umberto Eco)

Le diable est l’arrogance de l’esprit, la foi sans sourire, la vérité jamais effleurée par le doute (Umberto Eco)

Le savoir réside dans les livres et les laboratoires, mais aussi dans et par l’amitié, celle des hommes, des bêtes et des étoiles (Claude Roy)

Avec l’amour, l’amitié et la fraternité d’action, l’art est le plus court chemin d’un homme à un autre (Claude Roy)

Une oeuvre d’art n’est jamais immorale. L’obscénité commence où l’art fini (Raymond Poincaré)

Douter de tout ou tout croire sont deux solutions également commodes, qui l’une et l’autre nous dispensent de réfléchir (Henri Poincaré)

Evertuons-nous à réduire les conflits, mais pas à les supprimer. Leur existence même est essentielle à la société ouverte (Karl Popper)

Voir du sens là où on serait tenté de ne voir que des faits (Umberto Eco)

Tout rêve d’au-delà vient d’un besoin d’ici-bas (Sossio Giametta, cité par Edgar Morin)

Divisé en disciplines scientifiques, l’homme a perdu son humanité (Edgar Morin)

Pour étudier l’homme, on sépare, isole, quantifie. Mais l’essentiel est insaisissable par les chiffres (Edgar Morin)

L’homme n’est pas une illusion naïve d’humanistes pré-scientifiques, bien qu’il soit invisible dans les sciences (Edgar Morin)

Nous savons de plus en plus et de moins en moins sur l’Univers (Edgar Morin)

L’important est de ne pas laisser s’éteindre la flamme en nous (Edgar Morin)

Hâte-toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie (Sénèque)

Celui qui ne lit pas, aura vécu une seule vie. Celui qui lit aura vécu 5000 ans. La lecture est une immortalité en sens inverse (Umberto Eco)

La stupidité et la tristesse de la civilisation sont dues à la suppression de la jouissance esthétique dans la vie quotidienne (A. Carrel)

L’homme, cet inconnu (Alexis Carrel)

Concevons donc que l’homme passe infiniment l’homme (Blaise Pascal, cité par @KarineSafa) #transcendance #humanisme

La confiance agit comme un facteur de réduction du risque et de la complexité (Niklas Luhmann)

La poésie, c’est la vérité prophétique de l’existence. Ce n’est pas un supplément d’âme, mais sa transcendance (Laurent Terzieff)

L’avenir est la seule transcendance des hommes sans Dieu (Albert Camus, L’Homme révolté)

Comment concerter progrès technologique et progrès humain tant que les dynamiques de l’un et de l’autre sont de plus en plus dissociées (Edgar Morin)

Soyez résolus de ne servir plus, et vous serez libres (Etienne de La Boétie, Discours sur la servitude volontaire)

J’aime ce qui me nourrit : le boire, le manger, les livres (Etienne de La Boétie)

Car le feu qui me brûle est celui qui m’éclaire (Etienne de La Boétie)

Freedom is what you do with what’s been done to you (Jean-Paul Sartre)

Nous n’embauchons pas des gens intelligents pour leur dire ce qu’ils doivent faire, mais pour qu’ils nous disent ce qu’il faut faire (Steve Jobs)

Toute frénésie de contrôle dégénère en rituel (François Dupuy)

L’intelligence ce n’est pas ce que l’on sait, mais ce que l’on fait quand on ne sait pas (Jean Piaget) #seposerlesbonnesquestions

On ne peut s’empêcher de croire. Mais on ne doit croire désormais qu’en des croyances comportant le doute dans leur principe même (Edgar Morin)

La connaissance portée à l’absolue est autodestructrice (Edgar Morin)

C’est toujours ce qui éclaire qui demeure dans l’ombre (Edgar Morin)

La mort de tout homme t’amoindrit car tu fais partie de l’humanité. Ne demande donc jamais pour qui sonne le glas. Il sonne pour toi (John Donne)

Le corps à corps dans la lutte entre le bien et le mal est tellement enchevêtré qu’il est parfois difficile d’identifier l’un et l’autre (Edgar Morin)

L’humanisme régénéré comporte la conscience que chacun n’est qu’une infime parcelle d’un gigantesque continuum qui a pour nom humanité (Edgar Morin)

C’est notre regard qui enferme les autres dans leurs plus étroites appartenances, et c’est notre regard qui peut les libérer (Amin Maalouf)

Les joies du monde sont notre seule nourriture. La dernière petite goutte nous fait encore vivre (Jean Giono)

Peut-on jamais savoir par où commence Et quand finit l’indifférence ? (Serge Gainsbourg)

La connerie, c’est la décontraction de l’intelligence (Serge Gainsbourg)

Imagine que tout ce que ton âme chérit se trouve là où tu vas, et non là d’où tu viens (William Shakespeare, Richard II)

On a dû te dire qu’il fallait réussir dans la vie. Moi je te dis qu’il faut vivre, c’est la plus grande réussite du monde (Jean Giono)

Un vrai voyage de découverte n’est pas de chercher de nouvelles terres, mais d’avoir un œil nouveau (Marcel Proust, cité par Edgar Morin)

On ne découvre pas de terre nouvelle sans consentir à perdre de vue, d’abord et longtemps, tout rivage (André Gide)

L’avenir n’est pas une amélioration du présent. C’est autre chose (Elsa Triolet)

La vie est un langage, l’écriture un tout autre. Leurs grammaires ne sont pas interchangeables (Louis Aragon)

Il est une science d’aimer son prochain et de le trouver aimable, comme il est un savoir bien vivre (Charles Baudelaire)

Le poète entre, quand il veut, dans le personnage de chacun (Charles Baudelaire)

Il n’est pas donné à chacun de prendre un bain de multitude : jouir de la foule est un art (Charles Baudelaire)

Il faut être fidèle à la vérité même lorsque notre propre parti est en cause (Montesquieu)

Jamais la haine ne cesse par la haine ; c’est la bienveillance qui réconcilie (Bouddha)

C’est une grande chose que d’être fidèle dans les petites choses, c’est par les petites choses que les grandes se maintiennent (Bourdaloue)

Mon passe-temps favori, c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps (Françoise Sagan)

Tant que demeure la misère, la société ne sera pas fondée dans la paix ; la paix demeurera la paix de certains, sélective (Wresinski)

Pour le plus pauvre, le malheur n’est pas d’avoir faim, c’est de se savoir compté pour nul au point où sa souffrance est ignorée (Wresinski)

La socialisation échoue lorsqu’on repousse l’homme aux confins des villes, en marge des carrefours où la vie s’apprend (Joseph Wresinski)

L’Homme, flèche pensante de l’Evolution, en marche vers un pôle spirituel (Theilhard de Chardin)

Pauvre celui qui ne peut se relier aux autres, par manque de langage, de communauté, de reconnaissance (Wresinski)

Il ne faut toucher aux lois que d’une main tremblante (Montesquieu)

N’est-il pas honteux que les fanatiques aient du zèle et que les sages n’en n’aient pas? (Voltaire)

La nature agit, oeuvre, crée, sans savoir où elle va (Marcel Conche, cité par Edgar Morin)

Le vrai réalisme n’est pas la soumission à ce qui est, il tient compte du changeant et du possible (Edgar Morin)

Fanatique : un individu en délire, possédé par une puissance sacrée qui le rend inviolable, à laquelle il a été initié par un rite (E. Toniutti, cité par Edgar Morin)

À la fraternité close des fanatiques, j’oppose la fraternité ouverte des enfants de la Terre (Edgar Morin)

Le bonheur est seulement réel quand il est partagé (Boris Pasternak -Docteur Jivago, cité par Edgar Morin)

Nous sommes sans arrêt en danger d’être parasités par le délire (Edgar Morin)

Tout est étonnant, à commencer par l’étonnement (Edgar Morin)

Sans vision du monde, pas de réforme, nul ne met en cause ses acquis de peur de ne rien gagner en échange (Jacques Attali)

C’est du chaos que naissent les étoiles (Chaplin)

La Guerre est le père de toute chose (Heraclite)

Le chaos est rempli d’espoir parce qu’il annonce une renaissance (Coline Serreau)

Poète… ? Vos Papiers ! (Léo Ferré, 1970)

L’histoire de l’humanité est une statistique de la contrainte (Léo Ferré)

Les deux espérances : participer à l’aventure de l’humanité pour la TERRE-PATRIE; oeuvrer en France pour une civilisation du mieux vivre (Edgar Morin)

Tant de maux et malheurs individuels trouvent guérison dans une grande folie collective qui suscite d’immenses maux et malheurs individuels (Edgar Morin)

La connaissance ne peut être complète, mais elle peut être complexe (Edgar Morin)

Le talon d’Achille de notre esprit est ce que nous croyons le mieux développé et qui est le plus sujet à l’aveuglement : la connaissance (Edgar Morin)

Il faut savoir ce que nous avons gagné, ce que nous avons perdu, ce qui s’est amélioré, ce qui s’est dégradé (Edgar Morin)

La diversité nous augmente (I. Muvrini)

Certaines notions migratrices fécondent un nouveau champ où elles vont s’enraciner (Edgar Morin)

L’avenir n’est plus ce qui doit se produire, il n’est même pas ce qui va arriver, il est ce que l’ensemble du monde va faire (Gaston Berger)

Le sacrifice pour un idéal transcendant est un privilège de l’absurdité auquel nulle créature n’est sujette sinon l’homme (Hobbes, cité par Edgar Morin)

Notre échec dans la guerre contre le terrorisme commence avec nos réactions de colère et de vengeance, qui ajoutent au chaos (Scott Atran, cité par Edgar Morin)

Contrôle ton destin sinon quelqu’un d’autre le fera à ta place (Jack Welch)

Nous pouvons parfois libérer autrui de ce ou ceux qui l’oppriment, mais nous ne pouvons le libérer de lui-même (Edgar Morin)

Les sciences, en cherchant à tout élucider, nous ont montré que nous vivions au sein d’un mystère gigantesque (Edgar Morin)

C’est en ressuscitant nos ascendants en nous-mêmes que nous vivons nos propres vies (Edgar Morin)

Chaque génération doit, dans une relative opacité, découvrir sa mission, l’accomplir ou la trahir (Frantz Fanon, cité par Christiane Taubira)

Une génération peut éclairer le présent et offrir à la suivante de choisir l’épaisseur et les couleurs de son propre présent (Christiane Taubira)

A l’exercice solitaire du pouvoir électif, préférons la pratique solidaire de l’intelligence collective (Joël de Rosnay)

Pour construire l’avenir : Respect de l’autre, de la diversité, Enthousiasme empathie, Altruisme générosité, Partage, Éthique (Joël de Rosnay)

Chaque époque ne rêve pas seulement la suivante : en rêvant, elle tend aussi vers le réveil (Walter Benjamin)

Dans la vie il n’y a pas de solutions ; il y a des forces en marche : il faut les créer et les solutions suivent (Antoine de Saint-Exupéry)

Nous ne lisons pas pour augmenter nos expériences, mais pour nous augmenter nous-mêmes (Walter Benjamin)

Chaque époque rêve de la suivante (Walter Benjamin)

Croyez ceux qui cherchent la vérité, doutez de ceux qui la trouvent (André Gide)

L’essentiel est toujours menacé par l’insignifiant (René Char)

La bienveillance et l’amour permettent de pénétrer très avant dans la connaissance du monde et du coeur humain (Johann Wolfgang von Goethe)

Le bienfait ne consiste pas dans la chose faite ou donnée ; il est dans la disposition d’esprit de celui qui la donne ou la fait (Sénèque)

On ne vit réellement que quand on jouit de la bienveillance des autres (Goethe)

La haine et la sottise ont des effets durables. Pourquoi la lucidité, la justice, la bienveillance n’auraient pas les leurs ? (M. Yourcenar)

Je suis rebelle aux règles préétablies, aux contraintes didactiques, à l’angle droit, qui est une création rigide de l’homme (Oscar Niemeyer)

Et quand l’espoir fuit le cœur des hommes, c’est la révolution qui s’impose (Oscar Niemeyer)

Que rien ne soit dit naturel, afin que rien, ne passe pour immuable (Bertholt Brecht)

La spiritualité m’intéresse mais pas la religion ou la mystique. Nous souffrons de l’absence d’une sorte de spiritualité laïque (B. Werber)

L’Amour est le fondement du monde. Où il a l’amour, il y a la paix, là où il y a égoïsme il y a misère et souffrance (Amma)

Aimer sans agir, cela n’est rien (Raoul Follereau)

Écoute ton cœur. Il connaît toute chose parce qu’il vient de l’Âme du Monde et qu’un jour, il y retournera (Paulo Coelho)

Exercez-vous à voir large, net et simple, et allez tout droit, paisiblement, sans vous inquiéter de ce qui se dit (Pierre Teilhard de Chardin)

La Vie, telle une toile vide, devient ce que vous peignez dessus, la misère ou la joie. Cette liberté est votre splendeur (Osho)

Vivre sans peur signifie vivre sans aucun modèle particulier. La peur surgit quand j’exige une façon de vivre particulière (J. Krishnamurti)

La nature crée des différences, la société en fait des inégalités (Tahar Ben Jelloun)

Il n’est pas d’oeuvre humaine qui ne contienne en germe, dans son sein, le principe de sa dissolution (Viollet-le-Duc)

L’amour est la véritable religion de l’hypercomplexité (Edgar Morin)

L’humanité a de multiples naissances, avant, avec, après sapiens, et peut-être promet une nouvelle naissance après nous (Edgar Morin)

My whole image is a world where everyone feels that their existence is absolutely fundamental (Diane Lenne)

The one thing that you have that others don’t have is YOU (Diane Lenne)

Aucune réalité n’est donnée. Toute réalité est une construction de l’esprit (Edmund Husserl, cité par Bernard Georges)

Nous avons le pouvoir de réenchanter nos vies ; la contemplation de la beauté est une forme d’immortalité (S. Bachir Diagne)

Détruire la fatalité humaine, chasser la misère, éclairer la nuit. Voilà pourquoi j’ai fait Les Misérables (Victor Hugo)

Nous ne livrerons pas le monde aux assassins d’aubes (Aimé Césaire)

Seul ce qui nous dépasse peut nous unir (Régis Debray, cité par Edgar Morin)

Produits et nourris par les esprits associés d’une communauté, les Dieux prennent autonomie et autorité sur ces esprits mêmes (Edgar Morin)

Ce que nous savons est court, ce que nous pressentons, immense : par là le poète déborde l’érudit (Joseph Roux)

Borné dans sa nature, infini dans ses voeux, L’homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux (Alphonse de Lamartine)

Un adulte créatif est un enfant qui a survécu (Ursula K. Le Guin)

Si toute vie va inévitablement vers sa fin, nous devons durant la nôtre, la colorier avec nos couleurs d’amour et d’espoir (Chagall)

La violence est la tragique expression de besoins non reconnus, non satisfaits (Marshall Rosenberg)

C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches (Victor Hugo)

La spiritualité est l’un des plus grands accomplissements de la vie (Joël de Rosnay)

Il n’y a pas d’âge pour la sagesse, qui est un acte orientant tout l’homme vers sa vérité, une conversion et un arrachement (Paul Nizan)

Chaque langue voit le monde d’une manière différente (Federico Fellini)

La véritable culture est toujours une synthèse entre le savoir accumulé et l’inlassable observation de la vie (Francesco Alberoni)

Il faut dialectiser sans cesse le principe de précaution qui est un principe de survie et le principe de risque qui est un principe de vie (Edgar Morin)

Mon esprit va souvent dans le passé, mais il vit dans le présent et s’interroge sans cesse sur l’avenir (Edgar Morin)

L’on croit pouvoir disposer des avantages d’une société de la connaissance alors qu’on subit un aveuglement généralisé (Edgar Morin)

La carence de la pensée qui compartimente les savoirs sans pouvoir affronter les problèmes globaux et fondamentaux, stérilise la politique (Edgar Morin)

L’Occident en crise s’exporte comme solution, laquelle apporte, à terme, sa propre crise. Helas, cette crise est invisible aux politiques (Edgar Morin)

La mondialisation, loin de créer l’humanisme planétaire, favorise le cosmopolitisme du business et les retours aux particularismes clos (Edgar Morin)

Un amour naissant inonde le monde de poésie, un amour qui dure inonde de poésie le quotidien, la fin d’un amour nous rejette dans la prose (Edgar Morin)

Le refus de comprendre par peur d’excuser conduit à ne rien comprendre (Edgar Morin)

La vertu de la force ne pourra régler seule les conflits mondialisés (Général de Villiers, cité par Edgar Morin)

La démocratie en Occident n’est plus, pour beaucoup, la grande affaire pour laquelle tant de générations se sont battues (Jacques Attali)

Un politicien pense à la prochaine élection, alors qu’un homme d’Etat pense à la prochaine génération (James Freeman Clarke)

Dans les démocraties, chaque génération est un peuple nouveau (Alexis de Tocqueville)

Un confort toujours accru en échange d’un vide de sens toujours plus effrayant (Edgar Morin)

Le retour des guerres de religion risque d’être aussi désastreux que les guerres d’idéologie du XXème siècle (Edgar Morin)

Homme libre, toujours, tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ; tu contemples ton âme (Charles Baudelaire, Les fleurs du mal)

Le luxe du monde civilisé ne comble que les désirs qu’il a lui-même créé (Apsley Cherry-Garrard, cité par Edgar Morin)

The future belongs to those who master adaptability and self-renewal in their jobs and personal lives (Diane Lenne)

On the other side of fear is everything we are looking for dare (Diane Lenne)

Qu’est-ce qu’un honnête homme ? Un être humain qui tend à s’humaniser davantage (Michel Bernardy)

Ce n’est pas en améliorant une absurdité qu’on prouve une certaine intelligence : c’est en la supprimant (Jean de Lattre de Tassigny)

Remplacez la cupidité par l’amour et tout sera à sa place (Indira Gandhi)

Le véritable lieu de naissance est celui où l’on a porté, pour la première fois, un coup d’œil intelligent sur soi-même (Indira Gandhi)

Merde est un mot friandise, qui se crie, se hurle, se susurre, se murmure, se savoure, qui console, dont on a besoin (Pierre Perret)

Bonté et méchanceté sommeillent en chacun. Un même événement peut réveiller l’une ou l’autre (Edgar Morin)

Souvent, ce sont les moyens qui dictent les fins possibles, et non les fins qui suscitent les moyens (Gaston Berger)

L’incertitude peut être définie comme l’impossibilité de calculer des probabilités (Frank Knight)

L’enseignement doit faire de vous des hommes prêts à affronter ce qui n’a jamais été (Paul Valéry)

On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter (Emmanuel Kant)

L’incertitude nous rend libres. Nous ne sommes pas prisonniers d’un futur inévitable et déjà écrit, ou écrit par d’autres (Peter Bernstein)

Les décisions s’inspirent trop du passé, qui pourtant ne contient ni ne préfigure l’avenir (Gaston Berger)

Mon esprit sait que tout est mystère et sait que l’esprit humain n’en peut rien savoir (Edgar Morin)

Presque tous les hommes meurent de leurs remèdes, et non pas de leurs maladies (Molière)

L’allégresse du cœur s’augmente à la répandre (Molière)

Je hais les coeurs pusillanimes qui, pour trop prévoir n’osent rien entreprendre (Molière)

Le monde sera sauvé par les surgissements de la bonté (Paul Ricoeur, cité par Edgar Morin)

RT @edgarmorinparis: Le métanthrope ou cosmopithèque est-il désormais l’avenir de l’homme ?

L’écologie ne concerne pas seulement une nature extérieure à nous elle concerne notre nature personnelle et la nature de notre société (Edgar Morin)

Toute la politique doit être écologisée, mais aussi toute écologie doit être politisée (Edgar Morin)

Nous augmentons notre être lorsque nous le portons dans la mémoire des autres : c’est une nouvelle vie que nous acquérons (Montesquieu)

Le déséquilibre entre les pauvres et les riches est la plus ancienne et la plus fatale maladie des républiques (Plutarque)

Le monde est mûr pour toute forme de cruauté, comme pour toute forme de fanatisme ou de superstition (Georges Bernanos, 1938)

Une époque, d’une brutalité dont nous ne pouvons nous faire aucune idée, est en marche (Ernst Jünger, 1920, cité par JC Guillebaud)

L’ennemi intérieur de la rationalité est la rationalisation dont la cohérence logique manque de base dans la réalité (Edgar Morin)

Espoir pour l’avenir. Soyons positifs, constructifs, réalistes et pragmatiques, plutôt que optimiste ou pessimiste (Joël de Rosnay)

Le monde d’aujourd’hui, c’est l’agile qui mange l’inerte (Emmanuelle Duez)

La crise c’est quand les vieux ne veulent pas mourir, et les jeunes ne peuvent pas naître (Gramsci, cité par Emmanuelle Duez)

Nous sommes aujourd’hui régis par le temps court, il faut redonner du temps au temps (Emmanuelle Duez)

Notre rôle est de faire penser, et pour les plus grands élèves, d’inquiéter l’intelligence plus que de la satisfaire (Gustave Monod)

L’homme sait enfin qu’il est seul dans l’univers. Non plus que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. A lui de choisir (Jacques Monod)

La moindre chose qui se forme au monde est toujours le produit d’une formidable coïncidence (Pierre Teilhard de Chardin)

Tout ce qui monte, converge (Pierre Teilhard de Chardin)

Ce n’est pas d’un tête-à-tête ni d’un corps à corps, c’est d’un coeur à coeur que nous avons besoin (Pierre Teilhard de Chardin)

Dans le monde, l’homme est entré sans bruit (Pierre Teilhard de Chardin)

If you are working on something that you really care about, you don’t have to be pushed, the vision pulls you (Steve Jobs)

The scientific method is not a single recipe: it requires intelligence, imagination, and creativity (Albert Einstein)

Le conflit israelo-palestinien et le conflit syrien entrent, avec virulence, violence et bêtise croissantes dans la France multiculturelle (Edgar Morin)

Tout est étonnant Tout est évident (Edgar Morin)

Hagstrom a mis en relief l’importance des facteurs affectifs, émotifs, dans l’attachement à une théorie donnée (Edgar Morin)

Ces assassins sont la personnification d’instincts réprimés par les autres hommes, l’incarnation de leurs meurtres imaginaires (Musil, cité par Edgar Morin)

l’Extase et l’Amour sont fin et moyen l’un de l’autre (Edgar Morin)

La question essentielle ne relève pas des moyens, généralement abondants, mais des fins qu’il convient de (re)découvrir et de poser (Gaston Berger)

L’avenir n’est pas ce qui vient après le présent, mais ce qui est différent de lui (Gaston Berger)

L’origine de l’œuvre d’art est l’art … ce n’est que pour autant que l’art advient que l’existence des œuvres est rendue nécessaire (Heidegger, cité par Edgar Morin)

Jupiter met à la merci des experts de tous poils ceux qu’il veut perdre (Edgar Morin)

Regarder un atome le change, regarder un homme le transforme, regarder l’avenir le bouleverse (Gaston Berger)

Les conséquences de nos actes se produiront dans un monde très différent de celui où nous les avons préparés (Gaston Berger)

Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu’à inventer (Gaston Berger)

Chacun immobilisé dans son compartiment ou habitus, soumis à un destin immuable, emporté dans une aventure humaine et cosmique inconnues (Edgar Morin)

Le dialogue est en soi une méthode d’approche et d’acquisition du savoir (Reda Benkirane, cité par Véronique Anger-de-Friberg)

Il faut savoir s’instruire dans la gaieté. Le savoir triste est un savoir mort. L’intelligence est joie (Voltaire)

Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères, qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes (Voltaire)

C’est un crime que d’exploiter le patriotisme pour des œuvres de haine (Émile Zola, J’accuse)

Pour moi, entrer en résistance, c’est refuser de vivre dans la plus immonde des peurs, la peur de l’autre (Elsa Wolinski)

Le sociologue est un fragment intérieur à une société, et celle-ci est à l’intérieur de lui. Il n’est pas soleil trônant au-dessus (Edgar Morin)

C’est par la fraternité qu’on sauve la liberté (Victor Hugo)

La mètrise conduit à la maîtrise (Michel Serres), ce à quoi il fut ajouter qu’elle conduit aussi à la méprise et au mépris du non mesurable (Edgar Morin)

La liberté n’est pas un droit, c’est un devoir (Nicolas Berdiaev)

Le devoir de l’homme envers lui-même est de s’instruire, le devoir de l’homme envers les autres est de les instruire (Emile Littré)

Être optimiste est un devoir moral (Karl Popper)

Ensemble nous resterons main dans la main (Ibrahim Maalouf & Louane)

Chance favours the connected mind (@zhugrid)

Love is the persistence of admiration (@zhugrid)

Fais ce que toi seul peux faire. Deviens sans cesse celui que tu es, sois le maître et le sculpteur de toi-même (Friedrich Nietzsche)

Je suis de ceux qui vivent tantôt dans l’émerveillement tantôt dans l’horreur (Edgar Morin)

La réédition de Mein Kampf favorisera le dégout de l’hitlérisme chez les uns, son attrait chez d’autres, et laissera beaucoup indifférents (Edgar Morin)

Seul point à peu près certain dans le naufrage général : le point d’interrogation (Salah Stétié, cité par Edgar Morin)

La masse des idées et des concepts qui ont eu cours jusqu’ici, les liens même du monde sont dissous et s’effondrent en eux-mêmes (Hegel, Edgar Morin)

Le prix à payer pour la réussite : inhibition, ulcères, hypertension ; pour le pouvoir : agressivité, assassinat (S. E. Rudi, cité par Edgar Morin)

Peut-être y eut il plus de grands penseurs brulés que publiés (Edgar Morin)

Un prénom aimé devient un enchantement une incantation (Edgar Morin)

On passe du nécessaire au superflu, qui devient nécessaire (Edgar Morin)

A travers quelques-uns l’humanité se tient éveillée (Edgar Morin)

Notre avant-garde est devenue arrière garde contre la barbarie en progrès (Edgar Morin)

Je crois qu’un artiste, c’est quelqu’un qui a mal aux autres (Jacques Brel)

Ça n’existe pas les adultes, c’est une attitude. On n’en finit pas de courir après les rêves qu’on a eu quand on était petits (Jacques Brel)

La qualité d’un homme se calcule à sa démesure ; tentez, essayez, échouez même, ce sera votre réussite (Jacques Brel)

Tout ce que l’on cherche à redécouvrir Fleurit chaque jour au coin de nos vies (Jacques Brel)

Mais tu n’es pas le Bon Dieu Toi, tu es beaucoup mieux Tu es un homme (Jacques Brel)

Je crois que Dieu, ce sont les hommes et qu’ils ne le savent pas (Jacques Brel)

Je hais la prudence, elle ne vous amène à rien (Jacques Brel)

Il n’est pas de République sans espoir (François Mitterrand)

Les femmes ont raison de se rebeller contre les lois parce que nous les avons faites sans elles (Montaigne)

La trop grande sécurité des peuples est toujours l’avant-coureur de leur servitude (Jean-Paul Marat)

La sécurité est la plus grande ennemie des mortels (William Shakespeare)

Jamais nulle part la démocratie n’a enthousiasmé, sauf là où elle manque (Michel Rocard)

Il est tonique de s’arracher à jamais au Maître mot qui explique tout, à la litanie qui prétend tout résoudre (messages du Paradigme perdu)

Les vérités polyphoniques de la complexité exaltent, et me comprendront ceux qui étouffent dans la pensée close, les vérités bornées (Edgar Morin)

Il est tonique de troquer la sécurité mentale pour le risque puisqu’on gagne ainsi la chance (Edgar Morin)

La pleine conscience de l’incertitude, de l’aléa, de la tragédie en toutes choses humaines est loin de m’avoir conduit à la désespérance (Edgar Morin)

Les guerres déchainent les haines et les haines déchainent les guerres (Edgar Morin)

Tout homme persécute s’il ne peut convertir. A quoi remédie la culture qui rend la diversité adorable (Alain)

Le fait esthétique est aussi évident, aussi immédiat, aussi indéfinissable que l’amour, que la saveur d’un fruit, que l’eau (Jorge Luis Borges)

Qui enseigne sans émanciper abrutit. Et qui émancipe n’a pas à se préoccuper de ce que l’émancipé doit apprendre (Jacques Rancière)

Jamais l’humanité n’a uni tant de puissance à tant de désarroi, tant de connaissances et tant d’incertitudes (Paul Valery)

À lutter avec les mêmes armes que ton ennemi, tu deviendras comme lui (Friedrich Nietzsche)

Avec ses prouesses technos, l’homme est à la croisée de 3 mythes : Prométhée, Faust, Frankenstein (Karine Safa)

Apprendre est un verbe étrange. Il signifie recevoir un savoir [apprendre de qqn], ou donner un savoir [apprendre à qqn] (Vincent Cespedes)

Le but n’est pas là pour être atteint mais pour donner l’occasion d’agir, il n’est que le moyen de l’action même (Marcel Conche)

Si les triangles faisaient un dieu, ils lui donneraient trois côtés (Montesquieu)

On ne peut pas changer les gens tu sais. On peut juste leur montrer un chemin, puis leur donner envie de l’emprunter (Laurent Gounelle)

Traitez les gens comme s’ils étaient ce qu’ils devraient être, et vous les aiderez ainsi à devenir ce qu’ils peuvent être (Goethe)

La nouvelle barbarie est de connaître de façon géométrico-mathématique un univers réduit à des phénomènes matériels objectifs (M. Henry, cité par Edgar Morin)

Il n’y a aucune frontière, l’homme inserré dans l’univers est porteur d’univers, nous sommes fractales de fractales (@monard_p)

Dirige ton œil en toi et trouve Mille régions en ton esprit Encore inconnues. Parcours-les et sois Expert en cosmographie intime (Thoreau, cité par Edgar Morin)

Et si l’on peut te prendre ce que tu possèdes, qui peut te prendre ce que tu donnes ? (Antoine de Saint-Exupéry)

Il est bon d’avoir à soi quelque chose pour le donner (Paul Claudel)

Il y a une forte croissance, c’est vrai, mais seulement du crétinisme (Edgar Morin)

Vœux 2016 : résistez au manichéisme, au délire politique, à la diabolisation y compris de qui nous diabolise, à la culpabilité collective (Edgar Morin)

Nous portons en notre corps toute l’histoire, toute la mémoire de la vie et notre esprit n’en sait rien (Edgar Morin)

La croissance économique se fait au prix de la décroissance écologique comme une tumeur au détriment de l’organisme qu’elle épuise (J.M Pelt, cité par Edgar Morin)

Les progrès de l’humanité se mesurent aux concessions que la folie des sages fait à la sagesse des fous (Jean Jaurès)

Quel que soit l’être de chair et de sang qui vient à la vie, s’il a figure d’homme, il porte en lui le droit humain (Jean Jaurès)

C’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source (Jean Jaurès)

Lorsque tu as plusieurs choix et que tu n’arrives pas à te décider, prends toujours le chemin qui demande le plus d’audace (Ronald Wright)